Automobile : la prime à la conversion revue à la baisse22/07/2019  



Durcissement à prévoir pour les conditions d'attribution de la prime à la conversion. D'abord, les véhicules acquis devront présenter des émissions inférieures à 117 gCO2/km pour être éligibles à la prime à la conversion, contre 123 gCO2/km maximum jusqu'à présent. Par ailleurs, le montant de la prime dépendra du revenu fiscal de référence par part, avec un montant pivot fixé à 13 489 €. La prime est recentrée sur les ménages les plus modestes et les différents niveaux de prime seront revus à la baisse à l'exception des véhicules les plus propres. Les véhicules dont le coût d'acquisition est supérieur à 60 000 € TTC, incluant le cas échéant le coût d'acquisition ou de location de la batterie, ne seront plus éligibles à la prime à la conversion. Enfin, l'éligibilité des véhicules flex-fuel d'origine fonctionnant au superéthanol E85 prend en compte un abattement de 40 % des émissions de CO2 de ces véhicules.


 Autres articles sur le même sujet :
Revalorisation exceptionnelle de la prime d'activité

La revalorisation exceptionnelle de la prime d'activité est confirmée par le biais d'un décret publié au Journal officiel.

Fourrières : les nouveaux tarifs nationaux

Les frais d'enlèvement et de garde journalière en fourrière pour les voitures particulières sur le territoire national - à l'exception de Paris, Lyon, Marseille et Toulouse – ont été partiellement modifiés.

Prime à la conversion revalorisée

Le montant de la « prime à la casse » favorisant l’achat d’un véhicule propose varie désormais de 100 à 5 000 €.

On en sait un peu plus sur la prime vélo !

Un forfait « mobilités durables » devrait voir le jour le 1er janvier 2020 pour indemniser les salariés qui utilisent leur vélo ou le covoiturage pour aller travailler.

Hausse du Smic en janvier

Un décret publié au Journal officiel confirme le nouveau montant du salaire minimum de croissance au 1er janvier 2019.

5 % de hausse pour les assurances auto en 2019

Avec des primes d’assurance auto à la hausse de 3,4 % dans toute la France, la facture moyenne pour les automobilistes s’élève à 615 € par an en 2018. Elle devrait même s’alourdir en 2019, aux alentours de 5 % d’augmentation selon le dernier baromètre Le Lynx.