De l’importance de l’ordre du jour de l’AG23/09/2019  



Des copropriétaires assignent le syndicat des copropriétaires en annulation de décision d’assemblée générale (AG). Ils soutiennent que celle-ci ne pouvait pas désigner le syndic pour deux ans alors que le projet de résolution annexé à la convocation prévoyait une durée d’un an. Faisant valoir que les questions soumises au vote des copropriétaires pouvaient faire l’objet d’un aménagement au cours des débats, à condition de ne pas dénaturer le projet annoncé dans la convocation, les juges rejettent la demande. Mais cette décision est censurée par la Cour de cassation. Pour les hauts magistrats, les juges ne pouvaient pas statuer ainsi sans constater que la question de la fixation de la durée de la désignation du syndic à deux ans était inscrite à l’ordre du jour.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
De l’importance de l’ordre du jour de l’AG

Des copropriétaires assignent le syndicat des copropriétaires en annulation de décision d’assemblée générale (AG).

Quand le PV d’AG omet le nom de l’opposant

Des copropriétaires saisissent la justice afin d’obtenir l’annulation d’une décision prise en assemblée générale.

Acquisition d’une partie commune

Les propriétaires d’un appartement situé au rez-de-chaussée assignent en justice le syndicat des copropriétaires.

Nouveaux pouvoirs pour le conseil syndical

A compter de juin prochain, les copropriétaires réunis en assemblée générale (AG) pourront confier au conseil syndical, lorsqu'il est composé d'au moins trois membres, le pouvoir de prendre seul des décisions relevant de la majorité simple (majorité de l’article 24), c’est-à-dire des décisions relevant de la gestion courante de l’immeuble.

La date de l’AG doit être affichée

Le syndic doit désormais afficher la date de la prochaine assemblée générale (AG) et mentionner la possibilité qui est offerte aux copropriétaires de demander l’inscription d’une ou plusieurs questions à l’ordre du jour.

Bien préempté et taxe foncière

Dans une réponse ministérielle, le gouvernement est venu rappeler qu’en application du Code général des impôts, la taxe foncière est établie au nom du propriétaire, redevable légal, au 1er janvier de l'année d'imposition.