Réévaluation annuelle des loyers 194830/09/2019  



Comme chaque année, un décret est venu actualiser les seuils limites du prix de base au mètre carré des loyers des locaux d’habitation ou à usage professionnel soumis à la loi du 1er septembre 1948. Cette augmentation, variable en fonction de la catégorie de logement, s’applique rétroactivement depuis le 1er juillet 2019, dans certaines limites. Elle est fixée à 1,70 % pour les locaux des catégories IIA, IIB, IIC, IIIA et IIIB. Les loyers des locaux de la catégorie IV ne subissent, quant à eux, aucune majoration annuelle légale de loyer.  Rappelons que la surface corrigée est obtenue en affectant la superficie des pièces habitables et celle des autres parties du logement de correctifs afin qu'il soit tenu compte, notamment, de la hauteur sous plafond, de l'éclairement, de l'ensoleillement et des vues de chacune des pièces habitables ainsi que des caractéristiques particulières des autres parties du local.

> Le décret


 Autres articles sur le même sujet :
1,7 % de hausse de loyers pour vos « Loi de 48 »

Le décret réévaluant les loyers de la loi de 1948 donne la possibilité d'augmenter les loyers de 1,7 %.

Autoroutes : tomber en panne va coûter de plus en plus cher

Les frais d’intervention d’un dépanneur agréé par les pouvoirs publics – seul professionnel habilité à intervenir sur autoroute – sont revalorisés par décret chaque année.

Faut-il craindre le retour du plafonnement des loyers ?

Julien Denormandie, le Ministre du logement vient de signer un nouveau décret autorisant l’expérimentation du plafonnement des loyers, dans les conditions encadrées par la Loi Elan. Le décret permettra aux villes volontaires de limiter les loyers excessifs et les augmentations abusives et de sanctionner les récalcitrants.

Violences conjugales : partir plus facilement

Afin de protéger les locataires victimes de violences conjugales, la loi offre désormais la possibilité au conjoint du locataire, son partenaire lié par un PACS ou son concubin notoire qui quitte le logement en raison de violences exercées au sein du couple ou sur un enfant qui réside habituellement avec lui de mettre un terme à la clause de solidarité contenu dans le bail.

Violences conjugales : partir plus facilement

Afin de protéger les locataires victimes de violences conjugales, la loi offre désormais la possibilité au conjoint du locataire, son partenaire lié par un PACS ou son concubin notoire qui quitte le logement en raison de violences exercées au sein du couple ou sur un enfant qui réside habituellement avec lui de mettre un terme à la clause de solidarité contenu dans le bail.

TLV : conditions d’exonération

La taxe annuelle sur les logements vacants (TLV) s'applique aux logements vacants situés, au 1er janvier de l'année d'imposition, dans les communes appartenant à une zone d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants où existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements.