Exploitant agricole : accord sur le minimum de pension23/06/2020  



Une proposition de loi vise à porter le minimum des pensions des non-salariés agricoles à 85 % du SMIC net.

Ce nouvel accord doit assurer aux personnes dont la pension prendra effet à compter du 1er janvier 2022 et disposant d'une carrière complète un montant minimal de retraite équivalent à 85 % du SMIC net, soit, en valeur, un peu plus de 1 000 €. La garantie du montant minimal passe par l'attribution de points de retraite complémentaire. La mesure reprend le principe d'un dispositif mis en oeuvre en 2015 qui permet, depuis 2017, aux exploitants agricoles de recevoir un montant minimal de pension équivalent à 75 % du SMIC net. Elle rejoint le projet du gouvernement en matière de retraite qui entend relever le minimum contributif à 1 000 € pour une carrière complète.


 Autres articles sur le même sujet :
Petit coup de pouce pour le Smic

Le SMIC sera revalorisé de 1,2 % le 1er janvier 2020

Cotisation chômage-intempéries en baisse

Les entreprises du BTP doivent obligatoirement cotiser au régime de chômage-intempéries géré par les caisses de congés payés. Ce régime vise à indemniser les salariés lors de la suspension de leur contrat de travail en cas d’intempérie empêchant le travail sur les chantiers. Le taux de cotisation est fixé par décret chaque année.

Les vrais chiffres de la retraite en 2018

Au 31 décembre 2018, on dénombre 14,3 millions de retraités. Le retraité 2018 a 74 ans et une pension mensuelle de 1 057 €.

Les nouveaux montants pour votre retraite

La Caisse nationale d'assurance vieillesse a communiqué les montants des pensions de retraite du régime général à compter du 1er janvier 2019.

Retraite : Les nouveaux plafonds pour les pensions de réversion

Les nouveaux plafonds pour les pensions de réversion viennent d'être fixés.

Malus Agirc-Arrco : quèsaco ?

Les salariés nés après 1956 pourront voir leur pension complémentaire de retraite être minorée de 10 % durant les trois premières années. Pour éviter cette diminution des ressources, l’employé sera invité à travailler une année supplémentaire. Ce n’est qu’à cette condition qu’il percevra sa complémentaire dans son entité.