Attribution du logement familial : rappel29/06/2020  



Le Code civil précise que, lors d’un divorce, seul l’époux qui est resté dans le domicile conjugal peut en demander l’attribution préférentielle. Dans une réponse ministérielle, la garde des Sceaux est toutefois venue rappeler les exceptions à ce principe, les juges étant toujours tenus de s’interroger sur le motif de l’occupation ou de la non-occupation du logement familial par l’autre époux. Chaque situation doit en effet être analysée. Ainsi, lorsque le départ du logement a été motivé par des violences conjugales et même si la jouissance du logement a été accordée à l’autre époux par l’ordonnance de non-conciliation, l’épouse qui avait été contrainte de le quitter peut légitimement demander l’attribution préférentielle de l’ancien domicile familial.


 Autres articles sur le même sujet :
Violences conjugales et abandon de domicile

Faisant valoir l’abandon du domicile conjugal par sa femme, un homme sollicite le divorce aux torts exclusifs de son épouse. Mais les juges prononcent le divorce du couple pour altération définitive du lien conjugal et déboutent le mari de sa demande en dommages et intérêts.

Action en contestation de paternité

Une enfant est déclarée à l'état civil comme étant née d'une femme et de son époux. Mais 6 mois après la ...

Action en contestation de paternité

Une enfant est déclarée à l'état civil comme étant née d'une femme et de son époux. Mais 6 mois après la ...

Peut-on réviser une prestation compensatoire ?

La prestation compensatoire après divorce peut-elle être révisée ? Oui, mais seulement en en cas de changement important dans la situation des ex-époux.

Violences conjugales et abandon de domicile

Faisant valoir l’abandon du domicile conjugal par sa femme, un homme sollicite le divorce aux torts exclusifs de son épouse.

Droits de succession et tarif applicable

Il résulte de l'article 752-2 du Code civil qu'il ne peut y avoir de représentation en ligne collatérale en présence d'une seule souche.