Décès et transfert de bail social29/06/2020  



Une femme, titulaire d’un bail consenti par un organisme HLM, décède. Quelques mois après, la société immobilière sollicite l’expulsion du fils de la défunte qui s’était maintenu dans les lieux postérieurement au décès de sa mère alors que, selon elle, il ne répondait pas aux conditions d’attribution du logement. En vain. Saisie du litige, la Cour de cassation rappelle qu'en cas de décès du locataire, le bail social n'est en principe transféré à ses descendants que si, notamment, le logement est adapté à la taille et aux ressources des héritiers. Toutefois, aucune de ces conditions n’est requise si les descendants souffrent d’un handicap (ce qui était le cas en l’espèce), que ce handicap soit établi au regard des dispositions du Code du travail ou de celles du Code de l’action sociale.


 Autres articles sur le même sujet :
Décès du locataire et bail HLM

Un couple, dont le mari était titulaire d’un bail consenti par un organisme HLM, décède. Souhaitant se maintenir dans ...

Logement social et transfert du bail

Un homme, titulaire d’un bail consenti par un organisme HLM, décède. Quelques mois après, la société immobilière sollicite l’expulsion du fils du défunt qui s’était maintenu dans les lieux alors qu’il ne répondait pas aux conditions d’attribution du logement.

Logement social et transfert du bail

Un homme, titulaire d’un bail consenti par un organisme HLM, décède. Quelques mois après, la société immobilière sollicite l’expulsion du fils du défunt qui s’était maintenu dans les lieux alors qu’il ne répondait pas aux conditions d’attribution du logement.

Capital décès : les droits du concubin

Une femme décède après avoir souscrit un contrat de prévoyance. Son concubin agissant en son nom ...

Capital décès : les droits du concubin

Une femme décède après avoir souscrit un contrat de prévoyance. Son concubin agissant en son nom ...

L’héritier doit prouver qu’il a payé !

A l’occasion du règlement de la succession d’une femme, des juges condamnent le fils de la défunte à rembourser à la succession la somme de 91 469 € au titre d’un prêt que lui avait consenti sa mère.