Que pensent les expatriés de la France ?29/06/2020  



La Banque Transatlantique, en partenariat avec l’Union des Français de l’Étranger (UFE) et OpinionWay, dévoile le premier Observatoire de l’expatriation : 85% des expatriés se déclarent « fiers d’être français », 63% d’entre eux se considèrent comme des « ambassadeurs de la France » dans leur pays d’accueil.

Le premier Observatoire de l’expatriation Banque Transatlantique met en lumière la réalité des expatriés. Malgré la distance et les années, les 2 millions de Français établis hors de France témoignent d’un attachement très fort à la France, en particulier à la transmission de la langue française et à la consommation de médias et de produits « made in France ».

Questionnés sur les raisons de leur première expatriation, les répondants évoquent une opportunité professionnelle (39%), le désir de progresser professionnellement et/ou socialement (20%) et de bénéficier d’une rémunération plus élevée (13%). Mais la sphère professionnelle n’est pas la seule raison de départ. Ainsi, pas moins d’un répondant sur quatre évoque l’amour (25%). Cette proportion s’élève même à 34% dans l’Union Européenne, ce qui fait écho au million de « bébés Erasmus » revendiqués par la Commission Européenne en 2014. La troisième raison invoquée est la découverte d’une nouvelle culture (23%), un score qui monte même à 38% en Océanie.

Plus de 9 expatriés sur 10 sont satisfaits de leur situation à l’étranger Sur le plan professionnel, les répondants déclarent que leur pays d’expatriation est plus adapté que la France pour exercer une activité professionnelle (68%), chercher du travail (64%) ou encore créer une entreprise (64%). Notons qu’assez peu de répondants déclarent avoir rencontré des difficultés d’ordre professionnel ou matériel lors de leur première installation à l’étranger. Si 34% évoquent l’éloignement avec leurs proches comme l’une des principales difficultés rencontrées sur place, 24% les difficultés administratives et 22% la barrière de langue, seuls 11% citent la recherche d’emploi et 9% les difficultés liées à leur nouvel environnement professionnel et le choix du logement.

En conclusion, la quasi-totalité des répondants est satisfaite de son expatriation (93%) et la moitié en est même très satisfaite (51%). Cette satisfaction transparaît notamment dans l’écart entre la durée d’expatriation initialement prévue et la durée d’expatriation effective. Les répondants déclarent qu’ils prévoyaient de rester 7 ans en moyenne dans leur pays d’accueil, mais au moment de l’enquête, ils y sont déjà depuis 20 ans en moyenne.


 Autres articles sur le même sujet :
Quelle couverture santé et prévoyance pour les expatriés français ?

« Le niveau de couverture des expatriés en santé se dégrade depuis cinq ans », souligne pour l’Argus Sylvaine Emery, directrice des affaires internationales du groupe Malakoff Médéric Humanis, à l'occasion de la publication du 7ème baromètre de la protection sociale des expatriés français.

À 70 ans, un tiers des assurés n’a pas fait valoir tous ses droits à retraite

À l’âge de 70 ans, 68 % des assurés du système de retraite français nés en 1942 qui ont cessé leur activité professionnelle ont fait valoir l’ensemble de leurs droits à retraite.

Les CFD restent dans le collimateur de l’AMF

L'Autorité des marchés financiers prolonge l'interdiction relative à la commercialisation, la distribution et la vente, en France ou à partir de la France, d’options binaires à des clients non professionnels.

Banque, quels services numériques utilisez-vous vraiment ?

Dans la 4e édition du Baromètre « Les Français et les nouveaux services financiers », Deloitte nous révèle les services digitaux que les clients des banques trouvent utiles… et les autres.

Immobilier : Pourquoi les jeunes font confiance aux courtiers

35 % des acquéreurs déclarent avoir fait appel à un courtier. Un chiffre en hausse de six points par rapport à 2015.

Vacances : Les idées reçues sur le paiement par carte

Dépenses, coût cachés, risques de fraude... les Français se questionnent fréquemment sur le moyen de paiement le plus adapté lors de leurs déplacements à l’étranger. Alors que 61% des Français reviennent de vacances avec de la monnaie inutilisée, il existe encore quelques idées reçues quant à l’utilisation de la carte de paiement.