Congé pour vendre : gare au formalisme07/07/2020  



La Cour de cassation est venue rappeler, au visa de l’article 15 II de la loi du 6 juillet 1989, que le congé pour vente doit comporter le détail du bien donné en location et ses annexes éventuelles. Dans l’affaire qui lui était soumise, le congé se contentait en effet d’indiquer que celui-ci portait « sur le logement donné en location suivant bail sous seing privé du 1er février 1993 », sans plus de détail. Or, le bail portait sur un appartement et deux dépendances constituées d’une place de parking et d’une cave. Les hauts magistrats ont donc censuré la décision des juges qui avaient considéré le congé valable.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
Ouverture d’un compte bancaire par le curateur

Saisie pour avis, la Cour de cassation rappelle, au visa de l’article 427 du Code civil, que la personne chargée d’une mesure de protection (tuteur ou curateur) ne peut procéder ni à la modification des comptes ou livrets ouverts au nom de la personne protégée,

Loyer : la preuve du paiement incombe au locataire

La Cour de Cassation rappelle une nouvelle fois qu’il appartient au locataire de justifier qu’il s’est libéré du ...

A défaut de paiement, une rente viagère devient une donation indirecte

La Cour de Cassation est venu rappeler qu'en s’abstenant de réclamer le paiement d’une rente viagère due par un enfant, ses parents lui consentent une donation indirecte rapportable.

AG : quelle majorité pour les travaux ?

La Cour de cassation est venue rappeler qu’une copropriété qui souhaite donner pouvoir au conseil syndical de choisir ...

Colocataires : ensemble jusqu’au bout du bail

L’un des deux locataires d’un appartement donne son congé et quitte les lieux. Pour autant, il est condamné en ...

Suppression du droit de visite du père

Dans une décision du 4 juillet 2018, la Cour de cassation rappelle que le droit de visite et d’hébergement accordé ...