Incendie et responsabilité13/07/2020  



Un couple loue une salle de réception pour son mariage. Mais au cours de la fête, un incendie, parti des combles, détruit partiellement le local. Le propriétaire saisit alors la justice afin que les jeunes mariés soient condamnés à l’indemniser de son préjudice. A l’appui de sa démarche, il fait valoir le contrat de location, lequel mentionne que les locataires sont responsables des dégâts survenus durant la réception. En vain. Après avoir constaté que l'incendie provenait d’une défaillance de l’installation électrique (qui souffrait soit d’un vice de construction, soit d’un défaut d’entretien), c’est à bon droit, selon la Cour de cassation, que les juges ont pu écarter la responsabilité des mariés. S’agissant d’un élément d’équipement demeuré sous la garde du bailleur, la présomption de responsabilité des locataires édictée par l’article 1733 du Code civil ne saurait en effet s’appliquer.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
Assurance : la mauvaise foi doit être prouvée

Un assuré, dont la voiture avait été incendiée, fait une déclaration de sinistre auprès de son assureur. Mais celui-...

Bail commercial et indemnité d’éviction

Un commerçant exploite un magasin de vente de meubles dans un local qu’il loue en vertu d’un bail commercial. Ce ...

Action d’une banque contre ses clients

Un huissier de justice est mandaté par une banque pour signifier une ordonnance d’injonction de payer à un couple

Avion foudroyé : pas d’indemnisation

Un couple achète des billets pour un vol Bordeaux /Nice. Son avion étant arrivé à destination avec un retard de plus ...

Cambriolage malgré un système d’alarme

Un couple souscrit un contrat de télésurveillance de son domicile. Quelques mois après, il est victime d’un cambriolage. Soutenant que le système d'alarme n'avait pas fonctionné, il assigne en justice le centre de télésurveillance afin d’obtenir l’indemnisation de son préjudice.

Achat d’animal et résolution du contrat

Un couple achète une jument qui, malgré plusieurs inséminations, demeure inféconde. Faisant valoir que l’aptitude de la jument à pouliner était la raison essentielle de son achat, il sollicite en justice la résolution du contrat de vente pour vice caché ou défaut de conformité.