Mutation = sanction disciplinaire ?13/07/2020  



Après une mise en garde et plusieurs avertissements notifiés par son employeur, un salarié est convoqué à un entretien au cours duquel il est informé d’un changement de planning et d’une nouvelle affectation. Mécontent, il s’oppose à cette décision et refuse de se rendre sur le nouveau site. Après 15 jours d’absence injustifiée, il est finalement licencié. Arguant du fait qu’il a été doublement sanctionné pour les mêmes faits (ce qui est interdit) en ayant fait l’objet, d’une part, d’un rappel à l’ordre par son employeur et, d’autre part, d’une mutation, il saisit la justice. En vain. Pour la Cour de cassation, le changement d'affectation peut relever du pouvoir de direction de l'employeur, exercé pour éviter des tensions supplémentaires, dans l'intérêt de la société et du salarié. Dès lors, cette mutation ne serait en aucun cas être assimilée à une sanction disciplinaire.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
Avertissement et procédure disciplinaire

Faisant suite à la tenue d’un entretien préalable de licenciement, un employeur prononce finalement à l’encontre du salarié concerné un avertissement.

Licenciement : délai à respecter !

Une salariée est convoquée le 16 décembre (un lundi) à un entretien préalable au licenciement, lequel est prévu le lundi 23 décembre.

Les témoignages anonymes sont irrecevables

Suspicieux à l’égard des pratiques de l’un de ses salariés, un employeur mène une enquête au cours de laquelle il...

Licenciement pour inaptitude

Une salariée victime d’un accident du travail est déclarée physiquement inapte par le médecin du travail. Devant l’impossibilité de procéder à son reclassement, l’employeur lui notifie son licenciement. Contestant le fait que son salaire avait cessé de lui être versé au jour de l’envoi de la lettre de licenciement,

Une seule sanction pour les mêmes faits

Un salarié commet diverses fautes et se voit sanctionner par son employeur d’une mise à pied à titre conservatoire mais seulement pour une partie des fautes qu’il a commises.

Une seule sanction pour les mêmes faits

Un salarié commet diverses fautes et se voit sanctionner par son employeur d’une mise à pied à titre conservatoire mais seulement pour une partie des fautes qu’il a commises.