Servitude de stationnement et travaux13/07/2020  



Un couple, qui bénéficie d’une servitude de stationnement sur une place de parking de la propriété voisine, souhaite réaliser des travaux sur cet emplacement. L’idée est de faire installer un système de drainage et un nouveau revêtement de sol afin de faciliter l’évacuation de la pluie et de la boue qui stagnent facilement. Mais le propriétaire du terrain s’oppose au projet. Saisis du litige, les juges autorisent, tout d’abord, l’aménagement litigieux qu’ils estiment nécessaire pour permettre l'accès aux véhicules par temps de pluie. Mais la Cour de cassation censure cette décision. La nécessité des travaux pour permettre l'exercice de la servitude n'a pas en effet été constatée. Ainsi, les travaux envisagés, dès lors qu’ils sont jugés de confort, ne peuvent être imposés au propriétaire des lieux.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
Mur mitoyen : sans accord, pas de partage !

A l’occasion d’un litige qui l’oppose à ses voisins, un homme sollicite le remboursement du coût des travaux qu’il a fait réaliser sur la clôture mitoyenne qui sépare les deux propriétés.

Trouble anormal de voisinage : le risque suffit

Pour édifier une maison, un particulier fait réaliser des travaux de terrassement et une plateforme sur un terrain en pente surplombant celui de son voisin.

Trouble de voisinage : action contre un copropriétaire

Un couple assigne le propriétaire du lot voisin en indemnisation du trouble anormal de voisinage qu’il a subi ...

Empiètement ou servitude ?

Un couple découvre l’existence d’une canalisation enterrée dans son jardin provenant du terrain voisin.

Distances entre voisins : règles à connaître

Un propriétaire fait installer sur l’une des façades de sa maison des fenêtres et un balcon, créant ainsi plusieurs vues sur la propriété voisine. Estimant que ces vues ne respectent pas les distances légales minimale, le voisin décide de saisir

Un contrat n’engage que ses signataires !

Un propriétaire autorise son voisin à abaisser de 40 cm le mur qui sépare leurs propriétés, avec obligation de le remettre en état pour le jour où il déciderait de vendre son bien.