Nullité d’une rupture conventionnelle21/07/2020  



Un salarié signe avec son employeur une rupture conventionnelle mais la direction régionale des entreprises, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) refuse de l’homologuer. L’employeur adresse alors une demande corrigée à l’autorité administrative qui, cette fois-ci, la valide. Mais c’est sans compter l’intervention du salarié qui saisit la justice. A l’appui de sa démarche, il soutient que la rupture conventionnelle est nulle et, à ce titre, prend acte de la rupture de son contrat de travail aux torts de l’employeur. Les juges accèdent à ses demandes. Rappelons en effet que la rupture conventionnelle ne peut pas être imposée par l’employeur ou le salarié et doit reposer sur le consentement libre et mutuel de chacun. Or, dans cette affaire, l’employeur (après le refus d’homologation) avait corrigé lui-même le formulaire, sans solliciter une nouvelle signature du salarié. La rupture conventionnelle était donc nulle pour absence de consentement.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
Rupture conventionnelle et procédure

A l’occasion d’une rupture conventionnelle, un employeur remet au salarié un exemplaire de la convention signée ..

Rupture conventionnelle et procédure

A l’occasion d’une rupture conventionnelle, un employeur remet au salarié un exemplaire de la convention signée ...

Salarié inapte et rupture conventionnelle

Une employée, victime d’un accident du travail, est déclarée inapte à son poste de travail puis signe une rupture conventionnelle avec son employeur.

Une rupture conventionnelle doit être datée

Un employeur conteste la décision de justice ayant déclaré nulle la convention de rupture conventionnelle qu’il avait signée quelques temps auparavant avec l’un de ses salariés.

Rupture conventionnelle et rétractation

Une rupture conventionnelle est signée entre un employeur et l’un de ses salariés le 21 janvier 2015. Mais, comme la loi l’y autorise, l’employeur décide de se rétracter par lettre envoyée le 3 février.

Une rupture conventionnelle doit être datée

Un employeur conteste la décision de justice ayant déclaré nulle la convention de rupture conventionnelle qu’il avait signée quelques temps auparavant avec l’un de ses salariés. En vain. Saisie de l’affaire, la Cour de cassation rappelle qu’une rupture conventionnelle doit non seulement être signée par les deux parties mais également datée.