Possible report des cotisations patronales21/07/2020  



Avec la fin de l’état d’urgence sanitaire fixée au 10 juillet 2020, les entreprises sont de nouveau censées régler leurs cotisations sociales aux dates normales d’exigibilité. Toutefois, en cas de difficultés persistantes liées à l’épidémie de Covid-19, le report des cotisations patronales (et uniquement de celles-ci) reste envisageable. Pour ce faire, l’entreprises qui souhaite intégrer ce dispositif doit, au préalable, remplir un formulaire de demande via son espace en ligne.  En l’absence de réponse de l’Urssaf dans les deux jours ouvrés suivant le dépôt du formulaire, la demande est considérée comme acceptée. En pratique, l’entreprise peut minorer son paiement de tout ou partie des cotisations patronales (au travers du bloc paiement de la DSN si elle a opté pour le télérèglement, ou via l’ajustement du montant du virement si elle utilise ce mode de paiement).


 Autres articles sur le même sujet :
Paiement de la CFE avant le 16 décembre

L’administration fiscale vient de mettre en ligne les avis de « Cotisation foncière des Entreprises » (CFE) qui, cette année, seront à régler au plus tard le 16 décembre prochain (obligatoirement par voie dématérialisée).

Entreprise : Le CE consultable par visio conférence

Un décret publié au Journal officiel le 11 avril fixe les modalités de consultation des instances représentatives du personnel pendant la période de l'état d'urgence sanitaire.

Entreprises en difficultés : nouvelles mesures

Pour soutenir les entreprises impactées par la crise sanitaire actuelle, de nouvelles mesures ont été prises.

Covid-19 : mesures de soutien aux entreprises

Deux projets de loi, actuellement devant le Parlement, devraient voir rapidement le jour afin de soutenir les entreprises dans la crise sanitaire que le pays traverse.

Déclaration tardive : gare à la sanction !

Un dirigeant, qui a déclaré l’état de cessation des paiements de sa société 4 mois après la date effective de celui-ci, écope d’une interdiction de gérer de 4 ans.

Infraction par un véhicule de l’entreprise

Le gérant d’une entreprise commet un excès vitesse au volant du véhicule de sa société. Il règle l’amende mais à la mauvaise surprise de recevoir, quelques temps après, un avis de contravention infligé à sa société pour « non désignation du conducteur ».