Réintégration et droit au congés payés17/08/2020  



Dans une décision du 25 juin 2020, la Cour de Justice de l’Union Européenne a estimé qu’un salarié, illégalement licencié et réintégré dans son emploi, doit pouvoir bénéficier de congés payés pour la période comprise entre la date de son licenciement et celle de sa réintégration. Bien que le droit aux congés payés se détermine en principe au regard des périodes de travail effectif accomplies, elle considère que lorsque l’intéressé est empêché de remplir ses fonctions, le droit aux congés payés ne peut être conditionné par l’obligation d’avoir effectivement travaillé, citant en ce sens la situation du salarié en arrêt de travail pour maladie. Une analyse qui va à l’encontre de celle de la Cour de cassation. Celle-ci considère en effet que la période d'éviction comprise entre la date du licenciement et la date de réintégration, qui ne peut être considérée comme du temps de travail effectif, ouvre uniquement droit à une indemnité d'éviction, mais ne permet pas d’acquérir des congés payés. Affaire à suivre donc.

> La décision de justice


 Autres articles sur le même sujet :
Du pouvoir de licencier

Licenciée pour faute grave, la salariée d’une association conteste cette décision en justice. Faisant valoir qu’elle ...

Une rupture conventionnelle doit être datée

Un employeur conteste la décision de justice ayant déclaré nulle la convention de rupture conventionnelle qu’il avait signée quelques temps auparavant avec l’un de ses salariés. En vain. Saisie de l’affaire, la Cour de cassation rappelle qu’une rupture conventionnelle doit non seulement être signée par les deux parties mais également datée.

Le droit d’expression : un droit sacré !

Dans sa décision du 15 janvier 2020, la Cour de cassation est venue juger que l’envoi par un salarié

Licenciement et respect des libertés du salarié

Un salarié menace d’agir en justice contre son entreprise. A l’appui de ses propos, il invoque la dégradation de ses conditions de travail et des faits de harcèlement moral dont il s’estime victime. Par la suite, son employeur le licencie pour motif personnel.

Une clause d’exclusivité doit être précise

Un salarié est licencié. Son employeur lui reproche d’avoir créé sa propre société en parallèle de son emploi alors ...

Un rappel à l’ordre n’est pas une sanction

Un salarié, licencié pour faute grave, conteste cette mesure en justice. A l’appui de sa démarche, il fait valoir ...