Pouvoir du président d’une association17/08/2020  



Le président d’une association rédige et signe ès-qualités un document par lequel il reconnaît devoir à une personne la somme de 10 000 € remise par chèque à l’ordre du groupement. Mais ultérieurement, l’association refuse de rembourser cette somme, arguant que ses statuts limitent le mandat de président aux actes d’administration de sorte que ce dernier, ayant agi au-delà de ses pouvoirs, n’a pas pu engager le groupement. En vain. Force est de constater que le prêteur a été sollicité pour « renflouer la trésorerie » de l’association. La reconnaissance de dette spécifie en outre que la somme a été avancée pour « aider le club face à ses dépenses ». Pour les juges, l’acte signé dans ces circonstances constitue donc un acte de gestion, établi pour les besoins de la vie de l’association, et ne peut être assimilé à un acte de disposition que le président n’aurait pas eu le pouvoir de faire. Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, 25 mai 2020, affaire n° 18-08303  


 Autres articles sur le même sujet :
Nullité d’un billet à ordre mal daté

Une société souscrit au profit d’une banque un billet à ordre de 15 0000 €. Suite à la mise en liquidation de la société, la banque assigne le directeur général délégué en paiement de la somme promise. Mais ce dernier refuse d’honorer l'engagement. A l’appui de sa démarche,

Compte courant d’associés : gare à la faute !

Quelques jours après la condamnation en justice d’une société à payer la somme de 166 000 €, son gérant ...

Infraction par un véhicule de l’entreprise

Depuis le 1er janvier 2017, lorsqu'une infraction routière constatée par un appareil de contrôle automatique a été commise avec un véhicule immatriculé au nom d’une personne morale, le représentant légal de cette personne morale doit indiquer dans un délai de 45 jours à compter de la remise de l'avis de contravention, l'identité du conducteur.

L’agent immobilier a droit à sa commission !

Une promesse de vente d’un appartement, rédigée par un agent immobilier, est signée par le vendeur et l'acquéreur...

Droit à l’erreur : ce qui change

Publiée au Journal Officiel le 11 août dernier, la loi Essoc reconnaît désormais aux entreprises un droit à l’erreur.

JEUX VIDEO

Monsieur le député Denis MASSEGLIA, Président du groupe d’études sur les jeux vidéo de l’Assemblée Nationale, a apporté un éclairage intéressant sur le statut du jeu vidéo lors d’une commission sur les « enjeux juridiques des jeux vidéo » organisée par l’Ordre des avocats de Paris.