Droit de visite et conflit parental24/08/2020  



Dans le cadre de l'exercice d'un droit de visite ou d'un droit de visite et d'hébergement, la remise d'un enfant à son autre parent peut s'effectuer, sur décision du juge, avec l'assistance d'un tiers de confiance lorsque l'intérêt de l'enfant le commande ou lorsque sa remise directe à l'autre parent présente un danger pour l'un d'eux. En pratique, c’est le juge qui désigne le tiers de confiance, soit sur proposition commune des parents, soit sur proposition formulée par l'un d'eux. La personne doit donner son accord écrit à cette mission. Par ailleurs, le juge fixe les modalités de la mesure et sa durée. Il doit également désigner, à titre subsidiaire, un espace de rencontres dans lequel sera assurée la remise de l'enfant en cas de carence du tiers de confiance. Il reviendra dans ce cas aux parents ou à l'un d'eux de saisir le responsable de l'espace. A tout moment, le juge peut revenir sur sa décision et la modifier, d'office, à la demande conjointe des parties ou de l'une d'entre elles, ou à celle du ministère public.

> Le décret


 Autres articles sur le même sujet :
Du délit de non-représentation d’enfant

Dans le cadre d’une procédure de divorce d’un couple franco-libanais parents d’un jeune garçon, le juge aux affaires familiales avait accordé au père un droit de visite et d’hébergement pouvant s’exercer au Liban pendant les vacances scolaires.

Confinement et droit de visite des enfants

En cette période de confinement, le droit de visite et d’hébergement pour les parents séparés ou divorcés reste maintenu.

Droits du parent d’intention

Afin de pouvoir maintenir le contact avec l’enfant biologique de son ex-compagne, une femme fait valoir l’inconstitutionnalité de l’article 371-4 du Code civil en ce qu’il ne prévoit pas l’obligation, pour le parent d'intention, de maintenir ses liens avec l'enfant qu'il a élevé et, symétriquement, qu’il ne lui confère pas de droit de visite et d'hébergement par principe.

Suppression du droit de visite du père

Dans une décision du 4 juillet 2018, la Cour de cassation rappelle que le droit de visite et d’hébergement accordé ...

Non-représentation d’enfant : lourde sanction

Dans le cadre d’une procédure de divorce d’un couple franco-libanais parents d’un jeune garçon, le juge aux affaires familiales avait accordé au père un droit de visite et d’hébergement pouvant s’exercer au Liban pendant les vacances scolaires.

Non-représentation d’enfant : lourde sanction

Dans le cadre d’une procédure de divorce d’un couple franco-libanais parents d’un jeune garçon, le juge aux affaires familiales avait accordé au père un droit de visite et d’hébergement pouvant s’exercer au Liban pendant les vacances scolaires.