Mouvement de baisse des loyers dans les grandes villes01/09/2020  



Les locataires reprennent la main ! Dans de nombreuses villes françaises, l’offre excède la demande. Résultats : les loyers baissent.

Les données fournies par le site d’annonces SeLoger laissent entrevoir un rééquilibrage inédit entre l'offre et la demande en zones tendues. Dans les 10 plus grandes villes de France, depuis le déconfinement, la demande à la location sur le site a progressé de près de 15 % sur un an. Mais le stock d’offres a bondi de près de 24,9%.

A Paris, la demande à la location a baissé de plus de 20% (-23%) alors que l'offre, elle, a littéralement explosé 64% sur un an.

Même tendance à Rennes et Nantes où l'offre a progressé trois fois plus vite que la demande.

A Rennes, la demande a progressé de 10% et l'offre 34%.

A Nantes, 12% de recherches supplémentaires à la location et 32% pour l'offre.

Nice dans une moindre mesure fait aussi partie des grandes villes où ce rapport offre/demande est en train de s'inverser. La demande a certes bondi de 40% sur un an mais l'offre, elle, s'est envolée de 52%.

Les biens qui n'étaient pas loués reviennent sur le marché. Beaucoup de propriétaires cherchent plus que jamais à rentabiliser leur patrimoine, crise économique oblige. « Il y a aussi un retour massif des biens loués habituellement sur Airbnb. Faute de touristes, les bailleurs reviennent sur la location traditionnelle » explique Seloger.

Un mouvement accentué par les institutionnels qui sont aussi en train de revenir en force sur le résidentiel. Les différentes crises leur montrent la résilience de l'immobilier résidentiel par rapport au bureau.

Baisse des loyers en vue ?

A Paris et Nantes, ne constate pas de mouvement significatif. Mais a Rennes, en revanche, SeLoger constate déjà une baisse de 10% sur un an. A Nice, les loyers affichés sur le site reculent eux de 4%.


 Autres articles sur le même sujet :
Location : Ces villes ou la banlieue coûte moins cher que le centre-ville

Dans la plupart des grandes villes françaises, les loyers sont plus élevés en centre-ville qu’en périphérie. Mais ce n’est pas le cas partout. Exemple à Marseille et Toulon.

La hausse des loyers va se stabiliser

Bonne nouvelle pour les locataires, l’indice de hausse des loyers ralentit.

Lille (ré)expérimente l'encadrement des loyers

La métropole du nord avait demandé au printemps 2019 que le territoire de la commune de Lille soit soumis à l'expérimentation du plafonnement des loyers. C'est fait.

Comment les bailleurs perdent près de 200 millions par an

Près de la moitié des propriétaires qui gèrent en direct leur bien ne pensent pas à réindexer les loyers de leurs locataires, selon une étude de Smartloc. Ils perdent près de 200 millions par an.

Location : Que peut-on louer pour 723 euros par mois

En France, le loyer moyen est de 723 €/mois, charges comprises. Que peut-on louer pour ce prix ? Cela varie quasiment du simple au quadruple selon la ville.

Faut-il craindre le retour du plafonnement des loyers ?

Julien Denormandie, le Ministre du logement vient de signer un nouveau décret autorisant l’expérimentation du plafonnement des loyers, dans les conditions encadrées par la Loi Elan. Le décret permettra aux villes volontaires de limiter les loyers excessifs et les augmentations abusives et de sanctionner les récalcitrants.