Les vraies raisons de la ruée vers l'or01/09/2020  



Ces dernières semaines, le prix de l’or en hausse vers des niveaux records et le dollar à la baisse ont suscité beaucoup d’attention. Ces deux phénomènes sont intimement liés. Le point de vue de Pierre-Antoine Dusoulier, CEO d’iBanFirst.

L’or est le grand vainqueur de cette année qui a vu les parts de marché subir de plein fouet l’impact de la COVID-19 et le taux d’intérêt d’épargne atteindre le point zéro dans bon nombre de banques. La valeur du métal précieux a augmenté d’environ 30 % en 2020. Cette semaine, le seuil magique de 2 000 dollars américains (USD) a été atteint. La question est de savoir si cette course va s’interrompre.

Les analystes de la banque d’affaires Bank of America prédisent déjà que le prix de l’or va continuer de s’approcher des 3 000 USD dans les dix-huit mois à venir. La chasse aux records caractérisant l’or ne peut être dissociée de la chute de la devise américaine. La hausse du prix de l’or est plus impressionnante encore du fait de la baisse du dollar. Exprimée en dollars, la valeur du métal précieux a pris 20 % en deux mois. Exprimée en euros, cette hausse se maintient à moins de 10 %.

Une dette colossale

La baisse du dollar explique également la hausse du prix de l’or. De plus en plus de gens s’inquiètent de la hausse de la dette américaine. Au cours des trois premières années du mandat de Donald Trump, la dette est passée de moins de 20 000 milliards à 23 000 milliards. Les mesures de relance de l’économie étant inconnues suite à la pandémie de COVID-19, cette somme s’élève à environ 27 000 milliards cette année. Bientôt, la dette nette sera environ 1,2 fois plus élevée que le volume de l’économie américaine.

À titre de comparaison, ce ratio sera de 0,6 aux Pays-Bas à la fin de l’année 2020 et 0,75 en Allemagne. Vu sous cet angle, il n’y a rien d’étonnant à ce que de nombreuses instances considèrent maintenant l’or comme un investissement plus sûr que le dollar.

Dépréciation américaine

Les agences de notation ont également des doutes quant à la politique financière des États-Unis. Il y a quelques jours, l’agence Fitch a abaissé la perspective du pays de stable à négative.

C’est la première étape vers un abaissement de la note AAA de la dette souveraine des États-Unis. Dans ce cas, les investisseurs demanderaient un paiement d’intérêts supérieur aux 0,5 % qu’ils reçoivent actuellement pour les obligations américaines à 10 ans.

Bien évidemment, les États-Unis ne restent pas sans rien faire. Plusieurs mesures sont envisagées pour contenir la dette, en augmentant les charges et en limitant les dépenses par exemple. Toutefois, ce sont là des mesures impopulaires qui, de surcroît, tuent dans l’œuf la reprise économique.

Prévisions en matière d’inflation

On craint également que la Réserve fédérale américaine laisse l’inflation augmenter considérablement dans les années à venir, phénomène par lequel on acquiert moins de biens ou services pour une même somme d’argent. Pour une inflation moyenne de presque 3 %, le pouvoir d’achat de votre argent baissera d’un quart en dix ans. Ce phénomène est ennuyeux pour quelqu’un qui, par exemple, comptait s’enrichir avec la perspective de percevoir des revenus de retraite sûrs. En revanche, l’inflation est favorable pour une personne endettée : en effet, le pouvoir d’achat de la somme d’argent qu’elle devra rembourser à l’avenir baisse également. Le monde des devises est lui aussi très attentif aux prévisions relatives à l’inflation américaine. Si cette hausse de l’inflation se poursuit, le dollar en baisse et le prix croissant de l’or vont continuer de faire les gros titres des journaux financiers.


 Autres articles sur le même sujet :
Cette action qui a bondi de 4 000 % en 10 ans !

Investir 100 000 dollars dans Netflix a rapporté 4 millions en 10 ans. Un record !

Pourquoi la chute de la livre turque impacte les devises émergentes ?

Un bon nombre de devises émergentes plongent depuis une semaine, dans le sillage de la livre turque. Les pays qui se sont le plus endettés en dollar sont les plus vulnérables.

390 milliards de cash à l’ombre !

Depuis cinq ans, l'encours des dépôts à vue des ménages a augmenté de 50 %. Il atteignait un montant record de 390 milliards d'euros au premier trimestre de 2018. Soit 14 000 euros par ménage.

Immobilier ancien : baisse des prix en vue ?

Le ralentissement de la hausse des prix de l'immobilier ancien se poursuit, selon le dernier baromètre LPI / Se Loger. La baisse est-elle en vue ?

Immobilier : Comment Paris va dépasser Londres

Les prix de l'immobilier haut-de-gamme continuent de progresser à Paris, alors qu'ils se replient à Londres. Les deux courbes devraient se croiser vers 2022.

Semaine de l’épargne salariale : La placement qui a le vent en poupe

A l’occasion de la semaine de l’épargne salariale, l’AFG indique que la collecte nette sur les produits d’épargne salariale est positive sur l’année 2018 et s’affiche à 1,5 milliard d’euros ce qui constitue un niveau record depuis 2011.