Preuve de l’existence d’un bien indivis07/09/2020  



Après avoir acheté un camping-car en indivision (chacun pour moitié), un couple se sépare. Le véhicule est vendu mais l’ex-concubin entend récupérer la totalité du prix de vente (8 000 €). A l’appui de sa démarche, il soutient que l’argent utilisé par son ex-concubine pour l’achat était un prêt de sa part. Pour preuve, il rapporte la carte grise du véhicule qui était à son nom. En vain. Pour les juges, la carte grise n'emporte que présomption simple de propriété, laquelle cède contre la preuve contraire. Or, l’ex-concubine est parvenue à démonter au cours du procès que le camping-car avait été utilisé par le couple, et non par son ex-concubin exclusivement, de telle sorte que le véhicule devait bel et bien être considéré comme un bien indivis. Cour d'appel de Rennes, 6ème chambre A, 20 janvier 2020, affaire n° 19-00159


 Autres articles sur le même sujet :
Contribution aux charges du mariage ?

Marié sous le régime de la séparation de biens, un couple acquiert en indivision, chacun pour moitié, une maison dont le prix est entièrement réglé par le mari sur ses deniers personnels.

Il faut respecter ses engagements !

Des concubins se séparent et signent une transaction aux termes de laquelle 70 % du prix de vente de leur maison reviendront à Madame et 30 % à Monsieur. Mais 10 ans plus tard, la maison n’est toujours pas vendue et Monsieur décide alors d’assigner Madame en justice.

Bien indivis et indemnité d’occupation

Un couple divorcé, propriétaire indivis d’un château habité pour partie par l’ex-mari, s’oppose sur la liquidation-partage de cette indivision. Le bien est finalement vendu ...

Concubins et charges de la vie commune

Après avoir mis fin à son couple, un concubin sollicite en justice le remboursement des sommes qu’il a versées pour la création du commerce de son ex-compagne. Pour sa défense, cette dernière, qui reconnaît devoir ces sommes, invoque toutefois leur compensation avec une créance qu’elle affirme détenir sur son ex-compagnon au titre de l’hébergement

Achat d’occasion et mandat apparent

Un particulier achète une voiture d’occasion dont le kilométrage affiche 60 000. Peu après, il découvre que le kilométrage est faux et que le véhicule a au moins 230 000 km au compteur. Dépité, il réclame une réduction importante du prix de vente.

Droits des concubins qui se séparent

L’ex-concubine d’un gérant d’EURL soutient, deux ans après leur séparation, avoir travaillé à ses côtés comme secrétaire ...