Déclaration sur l’honneur : petit rappel14/09/2020  



Dans le cadre de leur divorce, les époux doivent fournir au juge une déclaration sur l'honneur afin de faire état de de leurs ressources, revenus, patrimoine et conditions de vie. Le ministère de la Justice est venu souligner l’importance de cette pièce lorsqu'une demande de prestation compensatoire est formulée. Toutefois, si cette attestation n'est pas fournie, la demande reste recevable. L'époux qui ne l'a pas produite ou celui qui ne l'a pas réclamée ne peut, selon la jurisprudence, reprocher à l'autre de nuire à son intérêt parce qu'elle fait défaut. Il appartient en effet à chaque époux assisté par son avocat d'exiger cette pièce. Rappelons par ailleurs que l'article 441-7 du Code pénal puni d’un an de prison et 15 000 € d'amende le fait d'établir une attestation ou un certificat faisant état de faits matériellement inexacts.

> La réponse ministérielle


 Autres articles sur le même sujet :
Convention de divorce en langue étrangère

La convention de divorce et ses annexes, produites dans le cadre d’un divorce contractuel, doivent, lorsqu’elles sont ...

Prestation compensatoire : date d’appréciation

Des juges prononcent le divorce d’un couple et condamnent l’époux au paiement de la somme de 65 000 € à titre de prestation compensatoire.

État liquidatif post-divorce et homologation

Deux époux divorcent et, en vue du partage de leurs biens, les juges homologuent l’état liquidatif établi par le notaire du mari.

Indemnité d’occupation : modalités de calcul

Des juges prononcent le divorce d’un couple et fixent à 2 375 € par mois le montant de l’indemnité d’occupation dont l’ex-époux, resté dans le logement familial, est redevable envers l’indivision.

Date de la fin de jouissance du logement

Un juge aux affaires familiales accorde à une épouse, en instance de divorce, la jouissance gratuite du logement familial pendant toute la durée de la procédure. Mais par la suite, l’ex-époux sollicite le paiement d’une indemnité pour l’occupation de ce bien depuis le prononcé du divorce.

Divorce sans juge : un franc succès ?

84 % des Français ayant divorcé ces 15 dernières années connaissent l’existence de la nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel sans juge et 81 % l’approuvent. Jugée plus rapide (74 %), plus simple (56 %), plus économique (53 %), cette procédure permet, pour 17 % des personnes interrogées, d’éviter les conflits entre les ex-époux.