Revendication de la qualité d’associé18/01/2021  



Durant son mariage, un couple constitue une société en nom collectif (SNC), dont seul l’époux détient les parts avec un autre associé. Comme les parts ont été acquises avec des biens communs, l’épouse décide de revendiquer la qualité d’associé à hauteur de la moitié des parts détenues par son époux. A l’appui de sa démarche, elle fait valoir qu’en l’absence de clause spécifique d’agrément contenue dans les statuts, les associés ne peuvent pas, en principe, s’opposer à la reconnaissance de sa qualité en tant que conjoint d’un associé. En vain. Saisie du litige, la Cour de cassation juge que la revendication de la qualité d’associé par le conjoint d’un associé en nom est subordonnée au consentement unanime des autres associés. 


 Autres articles sur le même sujet :
Faute pénale intentionnelle du dirigeant

Le gérant d’une société en nom collectif (SNC), reconnu coupable de complicité d’abus de biens sociaux au préjudice d’une société tierce, est condamné à lui payer des dommages-intérêts.

Qui peut se prévaloir du défaut d’agrément ?

Un associé d’une société civile de moyens (SCM) cède l’ensemble de ses parts à un tiers sans requérir l’agrément de l’autre associé.

Quand l’associé d’une société signe un bail

Le propriétaire d’un local commercial le donne en location à une personne physique, associé d'une société qui précise agir « en son nom personnel ou pour le compte de toute société à créer ou existant dans laquelle il serait associé majoritaire ».

Cession et clause de non-concurrence

Après avoir cédé son entreprise, un homme effectue des apports en compte courant dans la société gérée par son fils. Cette société, dont il détenait des parts avant la cession, développe une activité similaire à celle de la société cédée.

Société civile et mandat du liquidateur amiable

Un associé d'une société civile dissoute demande la désignation d'un administrateur judiciaire en remplacement du liquidateur amiable (désigné des années auparavant).

Prorogation d’une société : nouvelle mesure

Une année au moins avant le terme de la société, les associés sont tenus d’envisager la prorogation de la structure, étant donné que le défaut de prorogation est assimilable juridiquement à une dissolution