Nouveau risque pénal de la fusion-absorption25/01/2021  



Jusqu’à présent, la chambre criminelle de la Cour de cassation écartait, en cas d’absorption d’une société par une autre, la responsabilité pénale de la société absorbante pour des faits commis par l’absorbée. Mais, opérant un revirement de jurisprudence, elle est récemment revenue sur cette position. Désormais, la société absorbante peut, à certaines conditions, être pénalement condamnée pour des faits commis par l’absorbée avant la fusion. Consciente des conséquences de cette décision, la Cour de cassation précise toutefois que ce nouveau dispositif ne s'appliquera qu'aux opérations de fusion intervenues après le 25 novembre 2020 afin de ne pas porter atteinte au principe de prévisibilité juridique édicté par l'article 7 de la CEDH.


 Autres articles sur le même sujet :
Négligence et responsabilité du dirigeant

Une société est mise en liquidation. Quelques temps après, le liquidateur décide d’assigner devant les tribunaux son gérant en responsabilité afin qu’il soit condamné à prendre en charge l’intégralité du passif de l’entreprise. Les juges font droit à sa demande mais leur décision est censurée par la Cour de cassation.

Baux ruraux et clause illicite

Plusieurs sociétés, propriétaires des terres agricoles louées à une autre société, sollicitent en justice la résiliation du bail et le paiement de dommages-intérêts.

Abus de majorité et critères constitutifs

Suite au décès de l’un des cogérants d’une société, les héritiers de ce dernier assignent la SARL et les deux autres cogérants en justice, leur reprochant un abus de majorité.

Qui peut se prévaloir du défaut d’agrément ?

Un associé d’une société civile de moyens (SCM) cède l’ensemble de ses parts à un tiers sans requérir l’agrément de l’autre associé.

Dissolution d’une société créée de fait

Par lettre recommandée, l’associé d’une société créée de fait notifie à son coassocié sa volonté de mettre un terme à leur indivision.

Négligence ou faute du dirigeant ?

Lorsque la liquidation judiciaire d’une personne morale fait apparaître une insuffisance d’actif, le tribunal peut, en cas de faute de gestion ayant contribué à cette insuffisance d’actif.