Partager ses biens après une séparation est moins coûteux depuis le 1er janvier 202125/01/2021  



Le droit de partage des biens après un divorce ou une séparation est actuellement fixé à 2,5 %. Il sera progressivement diminué pour atteindre 1,1 % d'ici 2022.

Les couples mariés ou les partenaires qui se séparent doivent partager leurs biens meubles ou immobiliers qu'ils ont acquis ensemble ou qu'ils détiennent en indivision. Ils doivent alors payer un droit de partage (ou droit d'enregistrement). Depuis 2011, le taux de ce droit est de 2,5 %. A partir du 1er janvier 2021, ce taux sera ramené à 1,80 % puis à 1,10 % à partir du 1er janvier 2022.

Il sera alors au même niveau que celui auquel il était avant son augmentation en 2011. Cette baisse ne concerne que les « intérêts patrimoniaux consécutifs à une séparation de corps, un divorce ou une rupture d'un pacte civil de solidarité ». Il ne modifie pas le taux applicable en cas de partage d'une succession ou de changement de régime matrimonial.


 Autres articles sur le même sujet :
Divorcer va coûter moins cher

Les droits de partage qui frappent les biens séparés lors d'une divorce vont être divisés par deux.

Le droit de partage de communauté en cas de divorce pourrait être abaissé

Lors d'une procédure de divorce, le droit de partage est dû suite au partage des biens communs ou indivis des époux.

Les « Frais » de notaire baissent et se négocient davantage

Les prix des actes notariés vont diminuer de 1,9 %, en moyenne, à partir de mai 2020.

La fin de la taxe d’habitation pour 2022

La taxe d'habitation devrait être supprimée pour tous d'ici à 2022, selon Gérald Darmanin, le ministre de l'action et des comptes publics.

Droits de succession : quels sont les frais déductibles ?

La commission versée à l’agence immobilière pour la vente d’un bien immobilier hérité du défunt est-elle déductible du patrimoine servant de base au calcul des droits de succession ?

Les nouveaux plafonds pour vos investissements locatifs en Pinel

Investissements immobiliers locatifs, administration a procédé à une actualisation pour 2020 des paramètres liés aux avantages fiscaux.