Bail saisonnier requalifié en bail commercial ?01/02/2021  



Une femme conclut successivement deux contrats, intitulés « bail saisonnier », pour des durées d’un an et de onze mois, puis signe un contrat de bail précaire portant sur le même local pour une durée de vingt-trois mois. Au terme de ce dernier bail, la propriétaire lui demande de quitter les locaux, ce qu’elle refuse, arguant du fait qu’elle est titulaire d’un bail de neuf ans soumis au statut des baux commerciaux. Sensible à cet argument, les juges vont lui donner raison. En effet, selon eux, les baux conclus ne sont pas des baux saisonniers mais des baux dérogatoires de sorte que l’intéressée, qui s’est maintenue plus de deux ans dans les lieux, est titulaire d’un bail soumis au statut des baux commerciaux. Censure de la Cour de cassation ! L’action en requalification d’un bail saisonnier en bail commercial est soumise à la prescription biennale. N’ayant pas intenté d’action en requalification dans le délai de deux ans, la locataire ne pouvait donc plus se prévaloir d’un tel avantage.


 Autres articles sur le même sujet :
Renouvellement du bail par occupation prolongée

Après avoir renouvelé une première fois un bail commercial, le bailleur et le preneur concluent une rupture anticipée du contrat. Afin de favoriser la cession, le bailleur laisse toutefois la possibilité au preneur de se maintenir dans les lieux pour une durée de 23 mois.

Bail commercial, droit d’entrée et TVA

Une société prend en location un local dans le cadre d’un contrat de bail commercial qui prévoit, en plus du loyer annuel, le paiement d’un droit d’entrée facturé avec TVA. Après s’être acquittée de ce droit d’entrée, la société demande à récupérer la TVA payée

Renouvellement du bail par occupation prolongée

Après avoir renouvelé une première fois un bail commercial, le bailleur et le preneur concluent une rupture anticipée du contrat.

CDD non signé par le salarié = CDI ?

Un salarié est engagé en contrat de travail à durée déterminée (CDD) dans le cadre d’un surcroît d’activité temporaire. N’ayant pas signé son contrat, il demande sa requalification en contrat de travail à durée indéterminée (CDI).

Bail commercial et sous-location partielle

Lorsque des locaux commerciaux loués sont partiellement sous-loués et que le sous-locataire n’a pas droit au renouvellement du bail, l’indemnisation d’éviction due au locataire principal ne saurait porter sur la totalité des locaux.

Location-gérance interdite par le bail

Un restaurateur donne son fonds de commerce en location-gérance en infraction avec les dispositions de son bail commercial. Après avoir reçu de son bailleur un commandement le sommant d’exercer personnellement son activité dans le local, le locataire obtempère et met fin à la location-gérance.