Les emprunteurs doivent être de bonne foi !01/02/2021  



Soutenant que leurs emprunteurs ont produit de faux relevés de compte à l’appui de leur demande de financement, une banque saisit la justice afin d’obtenir, de manière immédiate, l’entier paiement du crédit. A l’appui de sa démarche, elle fait valoir la clause du contrat signé qui précise que le prêt devient exigible par anticipation en cas de fourniture de renseignements inexacts. Pour leur défense, les emprunteurs soutiennent qu’il s’agit d’une clause abusive. En vain. Saisie du litige, la Cour de cassation confirme que la clause est valable. Elle est en effet dépourvue d’ambiguïté et donne au prêteur la possibilité de résilier le contrat non souscrit de bonne foi sans créer, au déterminent du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.


 Autres articles sur le même sujet :
Cambriolage malgré un système d’alarme

Un couple souscrit un contrat de télésurveillance de son domicile. Quelques mois après, il est victime d’un cambriolage. Soutenant que le système d'alarme n'avait pas fonctionné, il assigne en justice le centre de télésurveillance afin d’obtenir l’indemnisation de son préjudice.

Le compteur fait foi, sauf preuve contraire

Un syndicat des copropriétaires assigne en justice une propriétaire afin d’obtenir le paiement de ses charges liées à sa consommation d’eau entre 2008 et 2015.

Achat d’un animal malade

Un particulier achète un chiot à un éleveur professionnel. Mais l’animal, atteint d’une maladie grave, doit être euthanasié un mois après. L’acheteur saisit alors la justice afin que le vendeur soit condamné à lui rembourser le prix de la vente et les frais médicaux engagés.

Achat d’un animal malade

Un particulier achète un chiot à un éleveur professionnel. Mais l’animal, atteint d’une maladie grave, doit être euthanasié un mois après. L’acheteur saisit alors la justice afin que le vendeur soit condamné à lui rembourser le prix de la vente et les frais médicaux engagés.

Le banquier qui obéit n’est pas fautif

Deux époux encaissent un chèque (70 000 €) que vient de leur remettre leur neveu en remboursement d’un prêt qu’ils lui avaient consenti. Neuf jours plus tard, le couple demande à sa propre banque d’émettre un chèque d’un montant de 72 000 € afin de payer le prix d’un terrain.

Assurance et droit à indemnisation

Alors qu’il circule en voiture, un homme s’arrête pour relever un scooter à terre. A cette occasion, il se blesse lourdement. Or, dans un premier temps, sa demande d'indemnisation à l'assureur n'aboutit pas