Location : le seuil d’indécence énergétique fixé01/02/2021  



Un décret du 11 janvier 2021 vient apporter des précisions quant à la notion de seuil d’indécence énergétique. Pour rappel, au titre de son obligation de remise d’un logement décent, le bailleur doit s’assurer que le logement qu’il met à la location répond à un critère de performance énergétique minimale. Afin de déterminer si un logement remplit cette exigence, un seuil maximal de consommation d’énergie finale par mètre carré et par an, appelé « seuil d’indécence énergétique », ne doit pas être dépassé. Dès lors, pour les contrats de location conclus à compter du 1er janvier 2023, le logement sera qualifié de décent si sa consommation d’énergie est inférieure à 450 kWh par mètre carré et par an. En pratique, les logements classés G par le DPE ne pourront donc plus être proposés à la location.


 Autres articles sur le même sujet :
Individualisation des frais de chauffage

Un arrêté paru au Journal Officiel du 10 septembre 2019 vient apporter des précisions quant au dispositif d’individualisation des frais de chauffage.

Réévaluation annuelle des loyers 1948

Comme chaque année, un décret est venu actualiser les seuils limites du prix de base au mètre carré des loyers des locaux d’habitation ou à usage professionnel soumis à la loi du 1er septembre 1948.

Suppression de la taxe sur les micro-logements

La loi de finances pour 2020, promulguée le 28 décembre 2019, apporte une modification en matière de fiscalité pour les propriétaires bailleurs de micro-logement.

Stockage de meubles dans les parkings HLM

Afin de réduire la vacance du parc de stationnement dans les HLM, le gouvernement vient d’autoriser, à titre expérimental et pour 3 ans,

TLV : conditions d’exonération

La taxe annuelle sur les logements vacants (TLV) s'applique aux logements vacants situés, au 1er janvier de l'année d'imposition, dans les communes appartenant à une zone d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants où existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements.

TLV : conditions d’exonération

La taxe annuelle sur les logements vacants (TLV) s'applique aux logements vacants situés, au 1er janvier de l'année d'imposition, dans les communes appartenant à une zone d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants où existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements.