L’impossible demande de réintégration08/02/2021  



S’estimant victime de harcèlement, de discrimination et d’inégalité de traitement, une salariée saisit la justice afin d’obtenir la résiliation judiciaire de son contrat de travail aux torts exclusifs de son employeur. Alors que la procédure est en cours, elle est licenciée pour cause réelle et sérieuse. Les juges, reprochant à l’employeur d’avoir pris cette décision pour sanctionner la salariée des accusations de harcèlement qu’elle dénonçait, déclarent ce licenciement nul et ordonnent la réintégration de l’intéressée dans son emploi. Censure de la Cour de cassation ! Lorsqu’un salarié demande la résiliation judiciaire de son contrat de travail et la nullité de son licenciement au cours d’une même instance, le juge, qui constate la nullité du licenciement, ne peut faire droit à la demande de réintégration.


 Autres articles sur le même sujet :
Discrimination : définition

S’estimant victime de discrimination syndicale, un salarié, employé en qualité de consultant, saisit la justice.

Discrimination : définition

S’estimant victime de discrimination syndicale, un salarié, employé en qualité de consultant, saisit la justice. Il reproche à son employeur de l’avoir privé de ses missions et de ses responsabilités en le coupant de tout contact avec la clientèle pour le cantonner au bureau

Harcèlement moral et attitude du salarié

Une salariée, estimant avoir subi des agissements de harcèlement moral et de discrimination syndicale,...

Licenciement et respect des libertés du salarié

Un salarié menace d’agir en justice contre son entreprise. A l’appui de ses propos, il invoque la dégradation de ses conditions de travail et des faits de harcèlement moral dont il s’estime victime. Par la suite, son employeur le licencie pour motif personnel.

Clause de non concurrence : exemple de nullité

Un salarié, soumis à une clause de non concurrence, démissionne pour être ensuite recruté dans des fonctions similaires par une société concurrente. Estimant que, dans ces conditions, la clause de non concurrence avait été violée, son employeur saisit la justice.

Pas de mise en demeure en cas de prise d’acte

Un salarié prend acte de la rupture de son contrat de travail et demande à la justice de faire produire à cette prise d’acte les effets d’un licenciement. L’employeur entend lui voir produire les effets d’une démission.