Validité de la prime accordée au dirigeant08/02/2021  



Un homme rachète une société et découvre que l’ancien dirigeant s’est vu octroyer une prime d’un montant de 83 000 € par l’assemblée générale, juste avant son départ. Considérant que cette décision constitue un acte anormal de gestion, mettant en péril les intérêts de la société, le nouveau dirigeant saisit la justice afin de la faire annuler. Les juges font droit à sa demande au motif que cette prime constitue une rémunération abusive, manifestement excessive et contraire à l’intérêt social. « Faux », rétorque la Cour de cassation. Sauf à caractériser la fraude ou l’abus de droit, l’octroi d’une prime au dirigeant ne peut être annulée au seul motif qu’elle est contraire à l’intérêt social. Dans ce contexte, l’attribution d’une prime exceptionnelle au dirigeant est donc valable !


 Autres articles sur le même sujet :
Cession et clause de non-concurrence

Après avoir cédé son entreprise, un homme effectue des apports en compte courant dans la société gérée par son fils. Cette société, dont il détenait des parts avant la cession, développe une activité similaire à celle de la société cédée.

Déclaration tardive : gare à la sanction !

Un dirigeant, qui a déclaré l’état de cessation des paiements de sa société 4 mois après la date effective de celui-ci, écope d’une interdiction de gérer de 4 ans.

Prorogation d’une société : nouvelle mesure

Une année au moins avant le terme de la société, les associés sont tenus d’envisager la prorogation de la structure, étant donné que le défaut de prorogation est assimilable juridiquement à une dissolution

Prorogation d’une société : nouvelle mesure

Une année au moins avant le terme de la société, les associés sont tenus d’envisager la prorogation de la structure, étant donné que le défaut de prorogation est assimilable juridiquement à une dissolution.

Nullité d’un billet à ordre mal daté

Une société souscrit au profit d’une banque un billet à ordre de 15 0000 €. Suite à la mise en liquidation de la société, la banque assigne le directeur général délégué en paiement de la somme promise. Mais ce dernier refuse d’honorer l'engagement. A l’appui de sa démarche,

IS : la baisse se poursuit en 2019

Mise en place en 2018, la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés (IS) se poursuit comme prévu. En 2019, le taux normal est fixé (sauf exceptions) à 28 % pour les bénéfices inférieurs à 500 000 € et à 33,3 % au-delà.