Frais de convocation aux AG : qui paye ?15/02/2021  



Une copropriétaire assigne le syndicat des copropriétaires en réparation des désordres qu’elle a subis à l’occasion de travaux de ravalement effectués dans l’immeuble. En retour, le syndicat formule lui aussi des demandes, et notamment, qu’il soit mis à la charge de cette copropriétaire les frais exposés à l’occasion de l’assemblée générale. Notant que cette AG supplémentaire avait été rendue nécessaire uniquement car la copropriétaire avait assigné le syndicat en justice, les juges font doit à cette demande. Censure de la Cour de cassation ! Les frais de tenue d’assemblées générales sont des charges relatives à l’administration des parties communes que le syndic ne peut répartir que proportionnellement aux valeurs relatives des parties privatives comprises dans les lots de tous les copropriétaires. Ils doivent donc être supportés par l’ensemble des copropriétaires. 


 Autres articles sur le même sujet :
De l’importance de l’ordre du jour de l’AG

Des copropriétaires assignent le syndicat des copropriétaires en annulation de décision d’assemblée générale (AG).

De l’importance de l’ordre du jour de l’AG

Des copropriétaires assignent le syndicat des copropriétaires en annulation de décision d’assemblée générale (AG).

Acquisition d’une partie commune

Les propriétaires d’un appartement situé au rez-de-chaussée assignent en justice le syndicat des copropriétaires.

Autorisations d’urbanisme : pas d’échappatoire

Un propriétaire fait installer des fenêtres dans la toiture de son appartement situé au dernier étage d’un immeuble en copropriété. Ayant relevé qu’aucune déclaration de travaux ou demande de permis de construire n’avaient été déposées pour ces travaux,

Nouveaux pouvoirs pour le conseil syndical

A compter de juin prochain, les copropriétaires réunis en assemblée générale (AG) pourront confier au conseil syndical, lorsqu'il est composé d'au moins trois membres, le pouvoir de prendre seul des décisions relevant de la majorité simple (majorité de l’article 24), c’est-à-dire des décisions relevant de la gestion courante de l’immeuble.

VEFA et retard de livraison

Dans le cadre d’une vente en état de futur d’achèvement (VEFA), l’acquéreur se plaint d’un retard de livraison de l’immeuble. Il agit en justice, sur le fondement de la clause pénale prévue au contrat, pour en demander réparation au promoteur. Mais celui-ci se défend et explique son retard de livraison par les retards de paiement imputables à l’acquéreur,