La perte d’emploi ne se répare qu’une fois !15/02/2021  



Les salariés d’une société placée en redressement judiciaire contestent leur licenciement prononcé pour motif économique. La juridiction prud’homale fait droit à leur demande et juge leur licenciement sans cause réelle et sérieuse en invoquant l’insuffisance du plan de sauvegarde de l’emploi et le manquement de l’employeur à son obligation de reclassement. Mais les salariés ne s’arrêtent pas là et agissent en réparation contre la banque qui a octroyé des crédits ruineux à la société les employant. Ils réclament à l'établissement financier l’indemnisation de leurs préjudices consécutifs à la perte de leur emploi. En vain cette fois-ci. Saisie du litige, la Cour de cassation note en effet que le préjudice résultant du caractère injustifié de la perte de l’emploi a déjà été réparé par l’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et que, dès lors, il ne peut à nouveau être réparé par le biais d’une action en responsabilité extracontractuelle.


 Autres articles sur le même sujet :
Avertissement et procédure disciplinaire

Faisant suite à la tenue d’un entretien préalable de licenciement, un employeur prononce finalement à l’encontre du salarié concerné un avertissement.

Licenciement et respect des libertés du salarié

Un salarié menace d’agir en justice contre son entreprise. A l’appui de ses propos, il invoque la dégradation de ses conditions de travail et des faits de harcèlement moral dont il s’estime victime. Par la suite, son employeur le licencie pour motif personnel.

Limites du pouvoir du juge

Une société licencie pour faute simple l’un de ses salariés. Elle lui reproche de ne pas avoir respecté les consignes de sécurité. Mais le salarié conteste le caractère réel et sérieux de la mesure. En vain.

Limites du pouvoir du juge

Une société licencie pour faute simple l’un de ses salariés. Elle lui reproche de ne pas avoir respecté les consignes de sécurité. Mais le salarié conteste le caractère réel et sérieux de la mesure. En vain.

Utilisation personnelle d’Internet au travail

Un salarié est licencié pour faute grave. Son employeur lui reproche d'utiliser, pendant ses heures de travail, l'ordinateur de la société à des fins strictement personnelles (visites de sites pornographiques). Le licenciement est toutefois jugé sans cause réelle et sérieuse.

Faute grave en cours de préavis

Une salariée est licenciée pour insuffisance professionnelle avec un préavis de 6 mois.