Exclusion abusive d’un associé15/02/2021  



Un avocat, associé au sein d’une société d’avocats et en arrêt maladie depuis 7 mois, informe cette dernière de son intention de quitter le cabinet et lui adresse sa démission. Une assemblée générale extraordinaire est alors convoquée mais les associés ne statuent pas sur la démission et prononcent l’exclusion dudit avocat au motif qu’il avait fait l’objet d’une incapacité d’exercice professionnel pendant une période cumulée de 9 mois au cours d’une période totale de douze mois. Mécontent, l’intéressé sollicite en justice l’annulation de cette résolution et le versement de dommages et intérêts. Mais les juges rejettent ses demandes. Censure de la Cour de cassation ! La décision prise abusivement par une assemblée générale d’exclure un associé affecte par elle-même la régularité des délibérations de cette assemblée et en justifie l’annulation.


 Autres articles sur le même sujet :
Qui peut se prévaloir du défaut d’agrément ?

Un associé d’une société civile de moyens (SCM) cède l’ensemble de ses parts à un tiers sans requérir l’agrément de l’autre associé.

Quand l’associé d’une société signe un bail

Le propriétaire d’un local commercial le donne en location à une personne physique, associé d'une société qui précise agir « en son nom personnel ou pour le compte de toute société à créer ou existant dans laquelle il serait associé majoritaire ».

Société civile et mandat du liquidateur amiable

Un associé d'une société civile dissoute demande la désignation d'un administrateur judiciaire en remplacement du liquidateur amiable (désigné des années auparavant).

Prorogation d’une société : nouvelle mesure

Une année au moins avant le terme de la société, les associés sont tenus d’envisager la prorogation de la structure, étant donné que le défaut de prorogation est assimilable juridiquement à une dissolution

Prorogation d’une société : nouvelle mesure

Une année au moins avant le terme de la société, les associés sont tenus d’envisager la prorogation de la structure, étant donné que le défaut de prorogation est assimilable juridiquement à une dissolution.

Dissolution d’une société créée de fait

Par lettre recommandée, l’associé d’une société créée de fait notifie à son coassocié sa volonté de mettre un terme à leur indivision.