Obligations des partenaires liés par PACS22/02/2021  



Un couple, lié par un PACS, acquiert en indivision un logement, et souscrit, le même jour, deux prêts immobiliers afin de financer cette opération. Plus tard, le couple se sépare et un litige nait quant au partage judiciaire de l’indivision. Faisant valoir qu’il a réglé intégralement les mensualités des prêts et qu’il a payé l’intégralité des charges du ménage, Monsieur demande à ce qu’une créance soit constatée à son profit. En vain. Les partenaires liés par un PACS s’engagent à une aide matérielle, laquelle est, en l’absence de dispositions contraires, proportionnelle à leurs facultés respectives. Ainsi, le partenaire ne peut prétendre avoir « trop payé », dès lors que les paiements qu’il a effectués l’ont été en proportion de ses facultés contributives, et que les règlements relatifs à l’acquisition du bien immobilier participent de l’exécution de l’aide matérielle entre partenaires. 


 Autres articles sur le même sujet :
Contribution aux charges du mariage ?

Marié sous le régime de la séparation de biens, un couple acquiert en indivision, chacun pour moitié, une maison dont le prix est entièrement réglé par le mari sur ses deniers personnels.

Indemnité d’occupation : modalités de calcul

Des juges prononcent le divorce d’un couple et fixent à 2 375 € par mois le montant de l’indemnité d’occupation dont l’ex-époux, resté dans le logement familial, est redevable envers l’indivision.

Concubinage et devoir de conscience

Deux concubins souscrivent un prêt destiné à financer la construction d’une maison sur un terrain appartenant à Madame.

De la notion « d’emprunteur averti »

Un propriétaire acquiert un logement financé par un prêt bancaire garanti par une société de cautionnement.

Violences conjugales : partir plus facilement

Afin de protéger les locataires victimes de violences conjugales, la loi offre désormais la possibilité au conjoint du locataire, son partenaire lié par un PACS ou son concubin notoire qui quitte le logement en raison de violences exercées au sein du couple ou sur un enfant qui réside habituellement avec lui de mettre un terme à la clause de solidarité contenu dans le bail.

Violences conjugales : partir plus facilement

Afin de protéger les locataires victimes de violences conjugales, la loi offre désormais la possibilité au conjoint du locataire, son partenaire lié par un PACS ou son concubin notoire qui quitte le logement en raison de violences exercées au sein du couple ou sur un enfant qui réside habituellement avec lui de mettre un terme à la clause de solidarité contenu dans le bail.