Non-restitution de l’instrument de l’infraction22/02/2021  



Un homme, condamné pour exécution d’un travail dissimulé et vente de marchandise présentée sous une marque contrefaisante sur un réseau de communication public en ligne, dépose une requête afin de se voir restituer son téléphone portable ainsi que ses deux ordinateurs saisis pendant l’enquête. La chambre de l’instruction fait droit à sa demande, mais le procureur fait appel de cette décision. En vain. Saisie du litige, la Cour de cassation affirme en effet que la non-restitution de l’instrument de l’infraction ne présente pas un caractère obligatoire lorsque la requête aux fins de restitution est présentée après que la juridiction de jugement saisie a épuisé sa compétence sans avoir statué sur la restitution. Dans cette situation, il appartient donc à la chambre de l’instruction d’apprécier s’il y a lieu ou non de restituer le bien au regard des circonstances de l’infraction, de la personnalité de son auteur et de sa situation personnelle.


 Autres articles sur le même sujet :
Obligation de déverrouiller son téléphone !

À l’occasion d’un contrôle routier, la police découvre du cannabis, un téléphone portable et du liquide dans les affaires du conducteur du véhicule.

TIG : la peine n’a pas à être motivée

Un conducteur, poursuivi pour infractions au Code de la route, est condamné à 105 heures de travail d’intérêt général (TIG) et à une suspension de permis de conduire pendant 8 mois. Faisant valoir que toute peine doit être motivée, il conteste sa condamnation au titre du TIG.

Le salarié relaxé ne peut pas être licencié

Une salariée d’un supermarché est licenciée pour avoir sorti du magasin plusieurs marchandises sans les payer. Parallèlement, son employeur dépose une plainte pour vol auprès des services de police.

Harcèlement moral et prescription

Dans une plainte déposée en octobre 2014, un salarié reprochait à son employeur des faits de harcèlement moral sur une période de 20 ans entre 1992 et juillet 2012. Mais à l’issue de l’enquête, le juge d’instruction rend une ordonnance de non-lieu.

Extradition : conditions requises

En exécution d’un mandat d’arrêt européen, les autorités judiciaires roumaines remettent aux autorités judiciaires françaises un homme de nationalité moldave, dont la Fédération de Russie demande l’extradition.

Extradition : conditions requises

En exécution d’un mandat d’arrêt européen, les autorités judiciaires roumaines remettent aux autorités judiciaires françaises un homme de nationalité moldave, dont la Fédération de Russie demande l’extradition.