Quel seuil d’indécence pour les logements ?22/02/2021  



A partir de 2023, un bien ne sera pas considéré comme décent et ne pourra pas être loué si le niveau de consommation en énergie primaire du logement dépasse un certain seuil.

À compter du 1er janvier 2023, un logement décent devra avoir une consommation d’énergie (estimée par le Diagnostic de performance énergétique - DPE) inférieure à 450 kWh d’énergie finale par mètre carré de surface habitable et par an.

En pratique, les logements affichant un diagnostic de performance G ne pourront plus être mis en location. Cette mesure ne s’appliquera qu’en métropole. Rappelons que lorsque le logement loué ne satisfait pas aux critères de décence, le locataire peut demander au propriétaire sa mise en conformité. À défaut, il peut saisir la commission départementale de conciliation.


 Autres articles sur le même sujet :
Immobilier : Un nouveau document obligatoire pour signaler les bruits d'avion

À partir du 1er juin 2020, l’acquéreur d’un logement devra être informé que le bien acheté ou loué est situé dans une zone d’exposition au bruit des aérodromes et des avions.

Aides au logement : La prise en compte des ressources est modifiée

A partir du 1er janvier 2020, les aides au logement vont être calculées sur la base des ressources des douze derniers mois glissants.

La caution Visale plébicisitée par les bailleurs et les locataires

Le système gratuit de caution Visale fait l'unanimité chez les bailleurs comme chez les locataires. Une raison de plus pour l'utiliser. D'autant que c'est gratuit !

Plafonnement des loyers, le retour !

A partir du 1er juillet, les loyers du parc privé vont de nouveau être encadrés à Paris lors d'une relocation.

Restitution du dépôt de garantie : la majoration pour retard est validée

Le dispositif de majoration du dépôt de garantie à défaut de restitution dans les délais prévus est bien conforme à la Constitution.

Copropriété : Dans quels cas êtes-vous dispensé de répartition de chauffage ?

Dans un immeuble collectif, les frais de chauffage doivent être répartis, comme le précise un arrêté du 6 septembre 2019.